15 mars 2016

Enseignement secondaire

Combiner qualité et flexibilité lors du recrutement des professeurs de l’enseignement secondaire et secondaire technique!

salle_de_classeLe SEW/OGBL émet de sérieuses réserves quant au projet de loi tendant à adapter les conditions de recrutement des professeurs de l’ES et de l’EST, présenté par le MENJE dans sa conférence de presse du 10 mars dernier.

Selon ce projet de loi, le futur candidat au stage pédagogique pourra se présenter au concours de recrutement non seulement s’il détient un diplôme de bachelor suivi d’un diplôme de master en lien avec la spécialité enseignée, mais aussi s’il a obtenu un diplôme de bachelor en lien avec la spécialité enseignée et un diplôme de master en pédagogie/didactique, ou encore avec des diplômes de bachelor et de master dont l’un ou l’autre est en lien avec la spécialité enseignée.

Dorénavant, il suffirait donc d’avoir poursuivi trois, voire seulement deux années d’études dans une certaine spécialité, pour pouvoir prétendre à enseigner cette spécialité à tous les niveaux de l’enseignement secondaire et secondaire technique.

En effet, en parcourant les nombreuses formations offertes d’après les accords de Bologne, on constate que les conditions d’accès à un master dans une spécialité font maintes fois abstraction d’un diplôme de bachelor dans cette spécialité. Ceci vaut particulièrement pour les études de master en pédagogie/didactique, où les universités acceptent très largement des candidats détenteurs d’un bachelor dans une autre spécialité. Où résiderait dans un tel cas d’espèce l’intérêt pour un aspirant-professeur de poursuivre trois nouvelles années de stage pédagogique obligatoire l’initiant une nouvelle fois aux théories et aux pratiques pédagogiques usuelles?

Le SEW/OGBL salue la confirmation du MENJE que le grade de master restera le seuil d’accès à la carrière du professeur de l’enseignement secondaire et secondaire technique.

Il souscrit évidemment aussi au maintien des critères de qualité et de flexibilité indispensables pour préparer les élèves de l’enseignement secondaire et secondaire technique luxembourgeois aux exigences toujours plus fortes au niveau des études supérieures et du monde du travail.

Il constate pourtant qu’en permettant aux futurs professeurs de l’ES et de l’EST de délaisser le perfectionnement des études dans leur spécialité, le projet de loi sous revue met précisément en péril ces objectifs de qualité et de flexibilité. En effet, nombre de ces nouveaux enseignants auraient du mal à enseigner dans les classes du cycle supérieur des deux ordres d’enseignement et on aboutirait tôt ou tard à deux catégories de professeurs. Le risque existe aussi qu’à long terme, les conditions de recrutement normal des professeurs de l’ES et de l’EST ne s’orientent en direction d’un bachelor dans la spécialité comme formation de base, complétée plus tard par le stage pédagogique. Le projet de loi actuel serait alors une première étape sur la voie d’un déclassement de la carrière du professeur de l’ES et de l’EST dans la fonction publique.

Suite à toutes ces considérations, le SEW/OGBL demande de maintenir les dispositions légales actuelles en matière d’accès à la fonction du professeur d’enseignement secondaire et secondaire technique, tout en permettant de flexibiliser par voie réglementaire l’accès au concours de recrutement en cas de lien manifeste entre la spécialité du diplôme de bachelor et le contenu du diplôme de master.

Communiqué par le SEW/OGBL
le 15 mars 2016

 

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.