14 février 2020

Sidérurgie: Entrevue entre l’OGBL et le Ministre du Travail

P1030618

Une délégation du syndicat Sidérurgie et Mines de l’OGBL a rencontré récemment le ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire, Dan Kersch. Cette entrevue a eu lieu à l’initiative de l’OGBL, en vue d’aborder le plan de restructuration «Projet SCORE» annoncé par les responsables d’ArcelorMittal. Le dernier accord tripartite arrivé à échéance l’été dernier a également fait l’objet de l’échange.

Plan de restructuration « SCORE »

Le «projet SCORE» annoncé par ArcelorMittal a pour objectif de réduire les coûts dans un contexte marqué par un recul de la production d’acier en Europe et différents défis en relation avec les questions environnementales et la digitalisation. Ce projet s’étalera sur une durée de 3 à 5 ans.

Pour l’OGBL, cette réorganisation ne pourra se faire qu’en collaboration étroite avec les représentants du personnel. Elle doit être accompagnée d’investissements permettant de garantir les emplois existants et de sécuriser l’avenir des sites luxembourgeois.

Pour l’OGBL, aucun salarié ne peut perdre son emploi

Les suppressions de postes annoncées seront, selon ArcelorMittal, résorbées par les départs en retraite. Ces derniers seront même plus importants, ce qui obligera l’entreprise à recruter du personnel. Dans ce contexte, l’OGBL est bien conscient que les postes supprimés ne correspondent pas obligatoirement aux départs en retraite. Ceci obligera les partenaires sociaux à accompagner et à former les salariés concernés à de nouveaux métiers sans que cela n’entraîne de détériorations des conditions de travail et de rémunération.

Dans ce contexte, l’OGBL préconise la mise en place d’un cadre global, sous la forme d’un plan de maintien de l’emploi, offrant des garanties à l’ensemble des intervenants: aux salariés, aux représentants des salariés et à l’entreprise. D’où l’importance du dialogue social afin de garantir qu’aucune personne ne perde son emploi et que la santé et la sécurité des salariés soient garanties malgré les changements annoncés.

Accord tripartite

Après un bref retour sur le dernier accord tripartite signé en 2016, l’OGBL a rappelé que les signataires de l’accord doivent se revoir afin de faire le point sur la situation et les mesures qui en font partie (cellule de reclassement, préretraites, formation, investissements, etc.).

Bien que la situation actuelle ne semble pas justifier l’extension du modèle et que l’entreprise ne souhaite pas y avoir recours, s’estimant capable de faire face aux défis à venir, l’OGBL continue de revendiquer l’ouverture d’un nouvel accord si la situation dans la sidérurgie luxembourgeoise venait à se détériorer et que des pertes sèches d’emplois en soient la conséquence.

Avenir de la sidérurgie

Le ministre du Travail a écouté avec attention la délégation de l’OGBL sur les différents points évoqués. Dan Kersch a dit respecter et comprendre l’avis et les positions des délégués de l’OGBL, qui sont des acteurs du terrain. Le ministre soutient leur démarche qui a pour objectif de garantir l’avenir de la sidérurgie au Luxembourg et celle des salariés qui y travaillent.


Composition de la délégation OGBL

  • Stefano ARAUJO, membre du Bureau exécutif de l’OGBL et responsable du Syndicat Sidérurgie et Mines de l’OGBL
  • Joseph DI MURO, Président de la Délégation ArcelorMittal et délégué d’ArcelorMittal Dommeldange
  • Samuel FERRAI, Président du Syndicat Sidérurgie et Mines de l’OGBL et délégué d’ArcelorMittal Differdange
  • Xavier POULAIN, délégué d’ArcelorMittal Belval
  • Jean-Luc SCHMIDGTDALL, délégué d’ArcelorMittal Rodange
  • Jean-Marc ZATTI, délégué d’ArcelorMittal AOB

Communiqué par le syndicat Sidérurgie et Mines de l’OGBL
le 14 février 2020

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.