10 mars 2015

Bâtiment

PMC Construction en faillite: 34 salariés perdent leur emploi

pmc_constructionLe 4 mars 2015, la société de construction et de génie civil PMC Construction sàrl, ayant son siège à Sanem et employant plus de 30 salariés, a été déclarée en faillite.

L’OGBL, en tant que seul syndicat représenté au sein de la délégation du personnel, a organisé une réunion d’information pour les salariés qui a eu lieu le 6 mars 2015.

Lors de cette réunion, les représentants de l’OGBL ont expliqué les démarches à suivre aux salariés concernés. Comme lors de toutes les faillites, l’OGBL se chargera de l’élaboration des déclarations de créance et de toutes les démarches nécessaires afin de soutenir les salariés dans cette situation dramatique d’un point de vue socio-économique.

L’OGBL prendra aussi contact avec les fédérations patronales afin que les sociétés du secteur puissent réabsorber le personnel et garantir des emplois aux salariés.

L’OGBL est malheureusement forcé de constater que les outils à la disposition des syndicats ont à nouveau échoué et qu’une réforme de fond s’avère primordiale sous plusieurs angles.

Depuis longtemps et au vu des dernières faillites en date telle que par exemple Mowo à Bereldange, l’OGBL revendique des moyens légaux forts afin de pouvoir entreprendre une démarche proactive en cas de difficulté et ceci dans le souci de pouvoir éviter des faillites et de sauver des emplois. Il est grand temps de se donner un dispositif préventif afin de pouvoir constater les difficultés et de pouvoir enfin agir.

Il est primordial que les administrations publiques, les assurances sociales parmi d’autres, disposent d’une base de données commune afin que les cas d’impayés en matière de cotisations sociales ou d’impôts soient remarqués et que les partenaires sociaux en soient informés au niveau du comité de conjoncture. La nécessité d’augmenter les effectifs au niveau de ces administrations publiques est évidente afin d’améliorer le suivi des dossiers.

Outre une politique préventive, l’OGBL revendique une meilleure protection des salariés, une procédure plus rapide de recouvrement des arriérés de salaires, un réajustement faisant des salariés les premiers créanciers en rang ainsi qu’une révision à la hausse du montant de l’indemnité dite «superprivilège» qui est actuellement plafonnée à six fois le salaire social minimum. Tout ceci, afin d’éviter aux salariés concernés des pertes financières en cas de faillite de leur employeur.

Communiqué par le syndicat Bâtiment de l’OGBL
le 10 mars 2015

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.