21 février 2012

Plan social chez Chemolux McBride

Les négociations pour la mise en place d’un plan social ont débuté le 21 février chez Chemolux McBride. Les syndicats OGBL et LCGB ainsi que la délégation entière étaient présents.

Lors de la réunion, la direction, assistée de l’avocat de la société, a présenté son approche par rapport aux difficultés de l’entreprise: 47 salariés seraient licenciés immédiatement après la signature du plan social et environ 63 salariés seraient licenciés dans quelques mois, probablement au mois de juin 2012.

Pour la première vague de licenciements il s’agirait de 19 salariés liés à la production et de 28 salariés administratifs, 31 hommes et 16 femmes. Les premiers licenciements sont prévus soit pour le 15 mars soit pour le 1er avril.

Lors de cette première réunion il a tout simplement été décidé de reconduire dans le plan social les modalités arrêtés dans le cadre du plan de maintien dans l’emploi. La direction a toutefois promis de faire parvenir aux représentants des salariés pour le 23 février à 10h00 une note relative à la situation de l’entreprise, aux investissements et au chiffre d’affaires à envisager dans un proche avenir ainsi qu’une proposition relative aux critères de licenciement ainsi qu‘une proposition financière.

La prochaine réunion de négociation a été fixée pour lundi, le 27 février à 14h00 dans les locaux de l’entreprise. L’OGBL constate que le délai pour arriver à un résultat négocié est extrêmement court, car conformément au Code du travail le plan social devra être signé le 7 mars au plus tard.

La délégation, les syndicats et certainement l’ensemble des salariés sont extrêmement déçus de l’approche de la direction qui est à nouveau restée très floue et sans réelle réponse pour les salariés.

Communiqué par le Syndicat Bois, Caoutchouc, Céramique, Chimie, Ciment, Papier, Plastique, Textiles et Verre
le 21 février 2012

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.