14 avril 2016

Eurofoil

Piquet de protestation

eurofoil_17_03_2016_2 Le jeudi 17 mars, la délégation OGBL de l’entreprise Eurofoil (production de «feuilles d’aluminium») a invité l’ensemble du personnel du site à participer à un premier piquet de protestation organisé devant les grilles de l’usine sise dans la zone Industrielle «Riedgen» à Dudelange.

Cette première action, qui, au vu de la participation massive du personnel, a rencontré un grand succès, avait pour but de dénoncer l’attitude inacceptable de la direction dans le cadre des négociations portant sur le renouvellement de la convention collective de travail.
Malgré les nombreux sacrifices déjà consentis ces dernières années par le personnel, la direction s’obstine à envisager une réduction supplémentaire de la masse salariale, souhaite supprimer des jours de congé extralégaux, veut imposer des réorganisations des différents services et s’avère en même temps totalement incapable de présenter un plan industriel viable permettant d’assurer la pérennisation du site de production.

eurofoil_17_03_2016_1Il faut savoir que la première réunion de négociations en vue du renouvellement de la convention collective a eu lieu en février 2015. A la demande de la direction les négociations ont été reportées une première fois en octobre. Lors de la réunion du mois d’octobre, la direction a une nouvelle fois fait appel «au bon sens» de la délégation et, au vu de la situation dans laquelle se trouvait le groupe Eurofoil, demandé un report supplémentaire des négociations. Chose qui a été acceptée tant par l’OGBL que par nos délégués.

eurofoil_17_03_2016_3Le 3 mars de cette année, les vraies négociations devaient donc débuter et dans un premier temps la direction était censée répondre à notre cahier de revendications. A notre grande surprise, la direction nous annonçait qu’elle souhaitait «donner une certaine dynamique aux négociations» (alors que pendant les douze derniers mois elle semblait être en hibernation profonde…) et nous a présenté «ses pistes de réflexion». Ces dernières, qualifiées tout simplement de hold-up sur les salaires et de provocation pure et simple par les salariés de l’entreprise, nous ont donc amenés à organiser le piquet de protestation du 17 mars.

D’autres actions sont en préparation et, en attendant, nous allons saisir l’Office National de Conciliation.

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.