14 décembre 2011

Campagne de mobilisation de l’OGBL dans le secteur du bâtiment et de l’artisanat du bâtiment

Mobilisation contre toute augmentation du temps de travail et pour une meilleure convention collective

Le 9 décembre 2011, plus de 200 salariés des entreprises Soludec SA, Ferrac Sàrl et Perrard SA étaient présents à la Maison du Peuple de l’OGBL à Esch/Alzette pour manifester leur désaccord avec les revendications patronales de flexibilité négative et d’augmentation du temps de travail hebdomadaire à 54 heures.

Les négociations de renouvellement de la convention collective de travail pour le secteur du bâtiment se trouvent actuellement dans une impasse. Le refus initial des représentants patronaux de négocier a fait place à des revendications révoltantes qui constituent la plus grande attaque jamais connue pour l’ensemble des salariés du secteur.

Refus catégorique d’une flexibilité négative et d’une semaine de travail de 54 heures!

Derrière cette revendication de flexibilité se cache une extension du temps de travail à 54 heures par semaine pendant 6 mois de l’année. La proposition des fédérations patronales  inclut également la possibilité d’effectuer des journées allant au-delà des 10 heures par jour et au-delà de la durée de travail maximale autorisée actuellement. Ces demandes sont inacceptables et équivaudraient à un retour de cents ans en arrière!

Dans un contexte où les organisations patronales ne cessent de se plaindre du taux trop important d’accidents de travail et d’absences pour raisons de maladie, cette proposition est une aberration. Des journées de travail plus longues entrainent plus de stress et de fatigue qui à leur tour font augmenter le risque d’accidents et de problèmes de santé mentale et physique. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit de travaux qui ont la plupart du temps lieu à l’extérieur et par tous les temps.

L’aspect privé et familial ne peut pas non plus être oublié puisqu’une semaine de travail qui inclut les samedis ou des journées de presque 12 heures ne permet pas un temps de repos suffisant et une vie familiale décente. Dans notre calcul, nous ne tenons pas compte du temps de trajet qui augmente encore davantage la période passée hors du domicile.

Lors de la réunion, les représentants de l’OGBL ont également présenté les revendications syndicales parmi lesquelles figurent une revalorisation des salaires, des améliorations au niveau de la sécurité au travail et de la formation professionnelle des salariés. Ces propositions ont pour but d’améliorer les conditions de travail et de garantir la qualité des emplois dans le secteur qui connait actuellement des difficultés à retenir et à recruter de la main d’œuvre qualifiée.

En plein contexte de tripartie, il a été rappelé qu’aucune tentative patronale de mêler le gouvernement aux discussions sur l’augmentation du temps de travail ne saurait être tolérée par les salariés couverts par la convention collective de travail du secteur.

Mobilisation des salariés du secteur du bâtiment

Cette 3e réunion de mobilisation organisée par l’OGBL et les délégations du personnel des entreprises susmentionnées s’inscrit dans une campagne de mobilisation générale des salariés du secteur en préparation d’actions syndicales futures prévues pour début de l’année 2012.

Les salariés présents ont déclaré suivre leurs délégations du personnel et l’OGBL dans leurs actions futures afin de démontrer leur détermination en ce qui concerne l’amélioration de la convention actuelle. Un refus unanime d’accepter toute augmentation du temps de travail ou toute autre détérioration des conditions de travail dans le secteur du bâtiment et du génie civil a été exprimé par l’ensemble des délégués présents.

Communiqué par le Syndicat Bâtiment, Artisanat du bâtiment et Constructions métalliques de l‘OGBL
le 14 décembre 2011

 

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.