24 novembre 2014

L’OGBL s’oppose à toute détérioration des dispositions relatives au chômage intempéries

chantierLe gouvernement a décidé de façon unilatérale de s’attaquer aux dispositions du chômage intempéries dans son soi-disant «paquet pour l’avenir » en voulant limiter le chômage intempéries aux seuls mois hivernaux et ceci par pure volonté d’épargne au détriment de milliers de salariés du secteur du bâtiment et de l’artisanat.

Le chômage intempéries est un outil important de sauvegarde de la santé et de la sécurité sur leur poste de travail pour tous les salariés concernés.

Pour rappel, en cas d’intempéries (pluie, gel, chaleur etc) mettant en péril la santé du salarié, l’employeur est en droit de déclarer les salariés en intempérie. Lors des deux premiers jours du mois en question, l’employeur prend en charge à 80% le salaire du salarié. Le salaire est ensuite repris au même taux par l’Etat.

Cette disposition permet aux salariés d’éviter d’être obligés de travailler dans des conditions inhumaines et de protéger leur santé et leur sécurité.

Modifier les dispositions actuelles serait une grave atteinte aux conditions de travail des salariés du secteur et démontre une totale méconnaissance des conditions de travail de la part des décideurs politiques.

Le syndicat Bâtiment de l’OGBL refuse de la façon la plus déterminée toute modification de cette loi au détriment du salarié et demande le retrait immédiat de cette proposition.

Le gouvernement avance que des employeurs abusent de ce chômage en faisant travailler les salariés et en se faisant ensuite rembourser les heures prestées par l’Etat.

Le syndicat Bâtiment de l’OGBL dénonce évidemment ces pratiques de concurrence déloyale de la façon la plus déterminée mais ne peut accepter que ce soit les salariés qui soient punis et non les employeurs fraudeurs.

L’OGBL est prêt à travailler avec le gouvernement afin de contrôler la mise en place du chômage intempéries et d’éviter tout abus de la part de ces employeurs. L’OGBL propose une déclaration préalable ou directe des salariés en chômage intempéries afin de faciliter le contrôle de l’Inspection du travail et des mines sur les chantiers qui pourraient ainsi y détecter de façon immédiate tout abus.

Au vu ces faits, le syndicat Bâtiment de l’OGBL lance un appel urgent au gouvernement visant le retrait de cette proposition de détérioration de la loi sur le chômage intempéries et l’ouverture de discussions avec le syndicat Bâtiment de l’OGBL afin de trouver de vraies mesures pour endiguer ces méthodes de dumping utilisées par certains employeurs.

Communiqué par le syndicat Bâtiment, Artisanat du Bâtiment et Constructions métalliques
le 24 novembre 2014

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.