20 mars 2020

COVID-19

Les salariés du transport ne doivent pas être oubliés !

chauffeur

Dans les discussions sur les mesures visant à lutter contre le Covid-19, les salariés du transport sont souvent oubliés. Mais sans eux, les médicaments essentiels n’arriveraient pas dans les hôpitaux, les supermarchés seraient vides et beaucoup de salariés ne pourraient même pas venir travailler. Il est donc d’autant plus important que les entreprises et la politique répondent à leurs besoins dans cette crise.

Les premières mesures ont déjà été prises pour les conducteurs de bus. La fréquence des trajets a déjà été réduite pour la deuxième fois, c’est pourquoi certaines compagnies de bus ont dû passer en chômage partiel. En outre, la zone du conducteur a été bouclée pour tenir les passagers à l’écart du conducteur et pour protéger ce dernier d’infections.

Néanmoins, nous avons reçu de nombreux rapports de chauffeurs de bus nous indiquant que les mesures sont insuffisantes. Par exemple, dans certaines entreprises, les bus doivent être entièrement nettoyés sans protection adéquate, bien que des mouchoirs possiblement contaminés puissent y être trouvés et qu’il n’y ait pas encore suffisamment d’informations disponibles sur la durée de survie du virus sur le matériel textile.

Le syndicat Transport sur Route/ACAL de l’OGBL demande donc au ministère des Transports et aux entreprises de bus de prendre les précautions nécessaires et de s’assurer que ceux qui nettoient les bus puissent se protéger de manière adéquate. Idéalement, les bus devraient être désinfectés régulièrement de manière professionnelle. En outre, chaque chauffeur de bus doit disposer à tout moment d’une quantité suffisante de désinfectant virucide pour pouvoir se désinfecter régulièrement les mains pendant la journée de travail.

Il n’existe guère de mesures d’application générale dans le domaine du transport de marchandises. Les conducteurs de camions et les livreurs sont souvent exposés à des risques inutiles. Les conducteurs n’ont que rarement accès à un désinfectant virucide ou à des gants. Souvent, les conducteurs se voient même refuser l’accès aux toilettes en raison de la crise du COVID-19. Nous appelons les responsables politiques et les entreprises de transport à définir des normes claires et applicables à l’ensemble du secteur, qui mettent l’accent sur la santé et le bien-être des conducteurs.

Le syndicat Transport sur Route/ACAL de l’OGBL est conscient de l’importance du transport pour le fonctionnement de la société dans son ensemble. C’est pourquoi, il est particulièrement important de protéger la santé des salariés du transport – qu’ils soient conducteurs, mécaniciens, employés d’entrepôt ou de bureau – dans la mesure du possible. Nous avons besoin de règles nationales et contraignantes pour le transport des biens et des personnes en ces temps difficiles.

Communiqué par le syndicat Transport sur Route/ACAL de l’OGBL
le 20 mars 2020

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.