8 octobre 2019

Les agents de nettoyage travaillant dans les bâtiments de la Commission européenne dénoncent leurs conditions de travail

IMG_0664

Les agents de nettoyage de la société ISS Service Facility, avec le soutien de l’OGBL, ont organisé le 8 octobre 2019 un piquet de protestation pour dénoncer les cadences infernales, la réduction de personnel, la dégradation des conditions de travail, le stress, le «turnover» des salariés, sans respect des législations en vigueur, dont ils font l’objet.

Depuis le début de l’année 2019, c’est la société ISS Facility Services qui a été engagée pour faire le nettoyage des 7 bâtiments de la Commission Européenne (CE) au Luxembourg. Remplaçant une autre société qui offre des services similaires, ISS a répondu à un appel d’offre de la CE et a ainsi remporté ce chantier, mais à quel prix ?

Des réductions de personnel, d’heures de service, de matériel et de produits : les entreprises de nettoyage se disent obligées de limiter leur coût au maximum pour pouvoir rester compétitives et répondre à des appels d’offre dans le secteur.

Il n’est pas surprenant que les premières victimes soient les salariés qui sont obligés de faire leur travail à un rythme, qui non seulement ne leur permet pas de prester un service de qualité, mais qui surtout les poussent à exercer leur métier sous des conditions inacceptables et qui ne respectent pas les normes de santé et sécurité au travail.

Le secteur du nettoyage semble se salir de jour en jour et respecter les normes d’hygiène devient presque impossible avec des cadences de travail qui augmentent de façon effrayante.

Aujourd’hui les agents de nettoyage qui travaillent dans les locaux de la CE poussent un cri d’alerte. Lors du changement d’entreprise en début d’année, le nombre de salariés a diminué drastiquement et un nouveau cahier des charges a été mis en place. Pour simplifier, le personnel a quasiment été réduit de moitié pour effectuer la même quantité de travail.

Les salariés se plaignent d’une dégradation totale de leurs conditions de travail due à l’augmentation de la cadence et à la pression des responsables qui effectuent des contrôles qualité.

Il est évident qu’aujourd’hui l’externalisation de certains services comme le nettoyage est le principal problème dans le secteur. La sous-traitance entraine une culture de concurrence et donc d’exploitation maximale des agents de nettoyage pour garder des prix compétitifs. Cependant personne ne veut être rendu fautif. Les clients, comme ici la CE, font l’autruche et préfèrent responsabiliser les entreprises de nettoyage, alors que celles-ci mettent la faute sur un budget de plus en plus réduit du côté du client.

Pendant ce temps-là, les salariés, presque exclusivement des femmes migrantes ou frontalières, se retrouvent dans une position de grande vulnérabilité et interpellent la CE pour qu’elle adopte une attitude responsable et ainsi vérifie que tout salarié travaillant dans ses locaux, puisse le faire dans des conditions dignes et acceptables.

Communiqué par le syndicat Services privés de Nettoyage, d’Hygiène et d’Environnement de l’OGBL
le 8 octobre 2019




Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.