11 février 2016

Sidérurgie

Eurofer manifeste le 15 février à Bruxelles, sans les syndicats!!

Differdange usineLes employeurs de la sidérurgie européenne, par le biais de leur fédération Eurofer, ont pris l’initiative d’organiser une manifestation le 15 février à Bruxelles.

Bruxelles n’étant pas Davos, ce ne seront évidemment pas les dirigeants qu’on risque de retrouver dans les rues de la capitale belge, mais leurs salariés, que les directions sont en train de mobiliser dans les usines et les administrations.

Cette mobilisation patronale a été lancée sans concertation préalable avec les organisations syndicales et sans vérification de la position de notre fédération européenne IndustriAll.

Alors que les choses soient claires, l’OGBL peut effectivement se retrouver dans l’une ou l’autre revendication formulée par Eurofer, mais il ne peut accepter la manière unilatérale de procéder, ni les revendications exprimées.

L’OGBL pense effectivement qu’accorder le statut d’économie de marché à la Chine serait une erreur fondamentale, remettant en question la survie, non seulement des quelque 380 000 emplois sidérurgiques en Europe, mais rendrait également extrêmement difficile la survie des millions d’emplois dans l’industrie manufacturière.

Contrairement au patronat, l’OGBL pense également qu’il ne faut pas se limiter à des mesures d’urgence et ayant uniquement des effets à court terme (comme par exemple l’établissement d’un prix plancher pour les produits sidérurgiques), mais qu’il faut avant tout mettre en place des mesures qui visent à pérenniser l’industrie sidérurgique européenne et des emplois de qualité.

Il faut également rappeler que l’OGBL a été et est toujours le seul syndicat luxembourgeois à avoir participé à l’ensemble des travaux qui ont permis d’aboutir à un plan d’action européen pour l’industrie sidérurgique et qu’il étais également seul présent au Parlement Européen en décembre dernier quand il fallait soutenir la mise en application de mesures de soutien de la sidérurgie.

L’OGBL, ainsi qu’une très grande majorité des syndicats libres européens, ne serons pas aux côtés d’Eurofer ce 15 février, mais l’OGBL n’empêchera évidemment personne de s’associer à titre personnel à cette manifestation.

Il ne faut pas oublier que ces mêmes employeurs, qui aujourd’hui appellent leurs salariés à manifester, sont largement responsables de la situation actuelle et de ses conséquences.

Pour rappel, nous reprenons ci-dessous quelques éléments:

  • Le nombre disproportionné de fermetures de sites de production en Europe et les sous-capacités qui en découlent ont contribué à créer un appel d’attraction pour certains produits chinois (en plus des prix bas pratiqués).
  • Les divers partenariats existants entre certains groupes européens et chinois (via des «joint ventures») rendent la situation actuelle plus qu’ambigüe.
  • Le budget dédié à la «Recherche et Développement» auprès des grands groupes européens n’a cessé de fondre comme peau de chagrin au long de ces dernières années. Il en est de même pour les investissements.
  • La politique d’austérité salariale, pratiquée de manière concertée en Europe par l’ensemble des grands groupes affecte le pouvoir d’achat des populations et donc aussi indirectement la demande européenne d’acier.

L’OGBL espère que les employeurs accorderont les mêmes facilités aux salariés qui souhaiteront manifester aux côtés des syndicats dans les semaines et mois à venir.

L’OGBL accueille également favorablement le courrier envoyé par les ministres de 7 pays européens producteurs d’acier à la Commission Européenne. Dommage seulement que lorsque de grandes restructurations eurent lieu en Europe (entre 2009 et 2012), ces mêmes ministres n’ont pas trouvé le courage ou le temps d’intervenir.

Communiqué par le syndicat Sidérurgie et Mines de l’OGBL
le 11 février 2016

>> Soutenir la sidérurgie et l’industrie européenne ou courir droit vers la catastrophe de l’emploi …

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.