12 juin 2013

Échec des négociations collectives chez Heintz van Landewyck

Romain Daubenfeld, secrétaire central

Le vendredi 7 juin 2013, les négociations pour une nouvelle convention collective de travail ont échoué.

Les employeurs ont quitté la table de négociations, après avoir posé des conditions inadmissibles pour la signature d’une nouvelle convention.

Bien que sur certains points nous ayons pu trouver des arrangements, la direction HvL a, dans ladite réunion, fait l’amalgame entre l’indexation des salaires et les augmentations salariales.

Ainsi, la direction a proposé pour l’année 2013 une prime unique (dernière offre: 100 €), et pour l’année 2014 une augmentation salariale de 1,5% sous condition que le système d’indexation des salaires soit aboli.

Les représentants de l’OGBL ont fait valoir que l’indexation automatique des salaires n’est pas un instrument de la politique salariale, mais tout simplement un mécanisme de compensation pour la sauvegarde du pouvoir d’achat. L’indexation des salaires garantit également la paix sociale.

Les représentants des salariés trouvent cette attitude d’un employeur vis-à-vis de ses salarié(e)s tout à fait scandaleuse.

Bien que la société fasse des investissements de 5 000 000 € en 2013, et qu’elle nous informe d’un recul de développement du chiffre d’affaires du site de Luxembourg, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une entreprise rentable avec un bénéfice considérable.

Les syndicats ont décidé de remettre le dossier à l’Office national de conciliation, surtout après que 95% du personnel leur ait donné un mandat clair à aller dans ce sens.

Communiqué par le Syndicat Alimentation et Hôtellerie de l’OGBL
le 12 juin 2013

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.