11 octobre 2018

Secteur du gardiennage : Se battre pour une meilleure CCT

Temps de travail, salaires, reconnaissance, l’OGBL s’engage à améliorer les conditions de travail dans le secteur du gardiennage qui a enfin besoin d’un syndicat fort.

gardiennageLes salariés du gardiennage et de la sécurité privée au Luxembourg exercent un métier exigeant qui a beaucoup évolué au cours des dernières années et qui demande des compétences de plus en plus élevées, que ce soit au niveau technique ou bien dans le domaine des compétences linguistiques et sociales. Voilà pourquoi il est important que les salariés soient soutenus par un syndicat fort et compétent qui s’engage résolument pour une reconnaissance adéquate au niveau des salaires et de la formation, mais qui revendique également une organisation du temps de travail qui permette de concilier vie privée et professionnelle.

Le secteur de la sécurité privée est couvert par une convention collective sectorielle déclarée d’obligation générale (ce qui signifie que toute entreprise active dans le gardiennage doit impérativement appliquer cette CCT). Si la CCT apporte un certain nombre de garanties extra-légales – comme le paiement d’un 13e mois, une grille de salaire, des primes et suppléments conventionnels, une garantie d’emploi en cas de perte de contrat lors d’un appel d’offre ou encore des jours de congé supplémentaires par rapport au minimum légal – il existe néanmoins de nombreux problèmes réels et sérieux qui doivent absolument être résolus.

Protéger le droit à la vie privée

Le plus grand chantier est certainement l’organisation du temps de travail. Trop souvent les agents sont confrontés à des changements de leur horaire et/ou lieu de travail initialement prévu, alors qu’ils ou elles ont des familles, des enfants et d’autres obligations privées qui deviennent impossibles à gérer. Trop souvent, on demande à des agents de rallonger leur journée de travail parce qu’à la fin de leur poste de 8 heures ou plus, il y a un problème de relève. Ces changements intempestifs des plans de travail sont inacceptables. L’OGBL revendique une meilleure organisation du temps de travail et le strict respect des maxima légaux prévus par le Code du travail (10 heures par jour et 48 heures par semaine). Car la santé et la sécurité des agents sont plus importants que les profits des employeurs.

La gestion de la période de référence et la planification des agents doivent tenir compte des droits légitimes et nécessaires des salariés en matière de repos, de prévisibilité et de conciliation entre vie privée et vie professionnelle. Les gardiens, les maîtres-chiens et les transporteurs de fonds doivent pouvoir organiser leur vie privée.

Revaloriser les salaires

Alors que les syndicats avaient négocié des augmentations linéaires substantielles au cours de la période 2002-2008 (+3% en 2002, +2,5% en 2003, +2,5% en 2004, +0,8% en 2006, +0,8% en 2007, +0,8% en 2008), les salaires des gardiens sont à la traîne depuis dix ans. En effet, la rémunération augmente moins rapidement dans la sécurité privée que l’évolution du salaire médian au Luxembourg. L’écart entre le salaire minimum et les salaires dans le gardiennage est donc en train de se réduire. Les gardiens accusent ainsi une dévalorisation relative de leur niveau de vie en comparaison avec d’autres secteurs économiques. Cette stagnation du pouvoir d’achat doit cesser. Il est grand temps d’adapter et de revaloriser les carrières des salariés du gardiennage!

Formation et reconnaissance

gardien_chienUn autre aspect non négligeable est l’importance d’une formation professionnelle continue adéquate. Les qualifications demandées pour les différentes tâches exercées par les agents de gardiennage nécessitent très souvent des formations spécifiques. Gestion de situations conflictuelles, connaissance en matière d’incendie, risque de contact avec des maladies infectieuses, communication multilingue, travail avec des rayons X et activité de filtrage, secours et assistance aux personnes, détection et gestion de situations potentiellement dangereuses, ne sont que quelques exemples de compétences que les salariés du gardiennage doivent maîtriser dans l’exercice de leur travail.

La complexité croissante du métier doit par conséquent aller de pair avec la mise en place d’une formation sectorielle de qualité. Dans ce contexte, l’OGBL revendique un véritable droit à la formation pour tous les salariés du secteur et une reconnaissance adéquate de leurs compétences, c’est-à-dire une rétribution financière des formations et qualifications acquises.

Objectifs 2019

Actuellement, l’OGBL ne détient pas la majorité dans le secteur et n’est donc pas porte-parole lors des négociations de la CCT. Afin d’avoir plus de poids dans les négociations collectives, pour mieux répondre aux attentes de nos membres et de tous les salariés du gardiennage et pour pouvoir imposer nos revendications, l’objectif de l’OGBL est clair:
∙    Gagner les élections sociales en 2019.
∙    Présenter des candidats qui forment une équipe dynamique et capable d’améliorer les conditions travail des salariés grâce à leurs initiatives au sein de l’entreprise.
∙    Devenir majoritaire et nous battre pour de véritables améliorations dans le cadre des négociations collectives.

Les commentaires sont fermés.