• Home
  •  | 
  • Sur la modernisation nécessaire du droit du travail

Sur la modernisation nécessaire du droit du travail

dudelange_27_04_2017_extrait11«L’OGBL revendique depuis des années une modernisation du droit du travail. Jusqu’à présent, il ne s’est pas passé grand-chose.
Nous revendiquons depuis plus de 10 ans une réforme de la très faible loi sur les soi-disant «plan de maintien dans l’emploi». Nous souhaitons qu’enfin une loi voit le jour qui ne soit pas que réactive lorsqu’il est déjà trop tard, mais qui mette l’accent sur la prévention ainsi que sur la prospection et la planification de perspectives professionnelles et sociales pour les salariés dans l’entreprise, et qui crée des droits de négociations sérieux pour les syndicats.
La réforme de la loi sur les licenciements collectifs est également urgente. La loi actuelle rend beaucoup trop facile pour le patronat le déclenchement de plans sociaux ou leur même contournement. (…)
De même, sont urgentes des améliorations pour les salariés concernés par des faillites. Urgente est aussi la réforme de la médecine du travail, une médecine du travail qui se trouve confrontée à de tous nouveaux défis en matière de sécurité et de protection de la santé des salariés dans le cadre de la digitalisation du monde du travail.
Il est fort bien souligné que la formation professionnelle continue devient de plus en plus importante. C’est grâce à l’OGBL que dans les entreprises de plus de 150 salariés la cogestion et la codécision relatives à la formation professionnelle continue ont été introduites dans la loi sur les délégations. Mais cela ne suffit pas. Le droit général pour tous à la formation professionnelle continue et au «lifelong learning» en général, ainsi que l’accès à la formation continue et à l’aide et à l’orientation professionnelle, ainsi que les possibilités matérielles et en temps, doivent être fondamentalement élargis. (…)
L’actuel projet de loi sur la formation continue est très mauvais et n’est absolument pas à la hauteur des enjeux actuels et encore moins des enjeux à venir. L’OGBL invite le ministre de l’Éducation à revoir le projet de loi et à le discuter comme convenu avec les partenaires sociaux au CPTE.
Les évolutions actuelles du monde du travail doivent également ouvrir des portes pour plus de souveraineté sur son temps, pour une meilleure harmonisation entre vie professionnelle et vie privée, pour un meilleur équilibre «work-a-life» pour utiliser une expression à la mode. (…)
Il ne faut pas négliger non plus de tous autres potentiels. En l’occurrence celui de la rampante abolition des frontières entre le travail et la vie privée, où l’on est en permanence «en ligne» avec le travail, n’importe quand, n’importe où et pendant un temps indéterminé (…). Dans la discussion portant sur la flexibilisation, le patronat lutte pour une toute autre souveraineté sur le temps, celle pour laquelle il a toujours lutté. A savoir, pour le prolongement de la journée et la semaine de travail, où des heures supplémentaires sont prestées et non honorées, où on doit être à tout moment disponible pour son entreprise. (…)
L’OGBL souligne aujourd’hui encore une fois clairement que les nouveaux modèles de temps de travail ainsi que la multiplication de possibles modèles de temps de travail,  peuvent être dans l’intérêt du salarié, uniquement si davantage de règles clairement définies en fixent le cadre et non pas moins. Par le biais du droit du travail, par le biais de conventions collectives, par le biais d’accords nationaux et sectoriels, négociés et signés entre le patronat et l’OGBL.
L’OGBL appelle les organisations patronales à ne pas essayer à nouveau  de faire cavalier-seul, comme l’est en train de le faire par exemple une FEDIL en ce qui concerne le soi-disant télétravail. L’OGBL demande à l’UEL de mener des négociations positives. Une première possibilité de mener des négociations positives et d’arriver à un accord commun se présente dans l’actuelle discussion entre l’UEL et les syndicats au sujet des dénommés «comptes-épargne-temps». L’issue de cette discussion peut être décisive pour les années à venir. (…)»

Les commentaires sont fermés.