3 juin 2019

Projet Centre de formation syndicale et professionnelle au Cabo Verde : Etat actuel des choses et réponse aux déclarations faites par Madame Maria Joaquina Veiga de Almeida, secrétaire générale de l’UNTC-CS dans les médias luxembourgeois le 28 mai 2019

Nous avons constaté avec intérêt et avec un certain étonnement que Madame Maria Joaquina Veiga de Almeida, Secrétaire Générale de la confédération syndicale capverdienne UNTC-CS, a déclaré devant les médias luxembourgeois de vouloir « sauver le projet Centre de formation syndicale et professionnelle au Cabo Verde ». Cela est très héroïque de sa part, mais dans les faits le projet en question n’a pas besoin d’être sauvé, puisqu’il n’a à aucun moment été question de l’abandonner ou suspendre.

Il faut bien comprendre qu’il s’agit d’un projet qui comprend bien plus qu’uniquement la construction d’un immeuble. L’objectif principal consiste à créer toute une institution qui puisse à travers des formations ciblées et de la sensibilisation consolider le milieu syndical et par son intermédiaire les travailleurs et travailleuses du Cabo Verde. Bien que le budget intégral du projet se chiffre en effet à presque 1 million (990.971,58€), seulement environ un tiers de ce budget (309.300€) était consacré à la construction d’un immeuble, censé héberger le futur Centre de formation syndicale.

En tant que ONG OGBL nous avons envoyé le 23 avril 2019 un avis d’information signé à l’attention de Madame Maria Joaquina Veiga de Almeida pour lui communiquer notre décision de suspendre la construction de l’immeuble à l’adresse prévue ,rua 5 de Julio’ à Praia, et non pas de suspendre le projet et donc la création d’une institution de formation syndicale au Cabo Verde. Dans le même avis d’information nous avons également invité le bureau exécutif de l’UNTC-CS, notamment sa secrétaire générale « de collaborer dans le sens d’avancer sur d’autres aspects du projet : 1. la création de la structure juridique et opérationnelle du « Centre de formation syndicale et professionnelle » ; 2. l’identification et la formation d’une équipe professionnelle, compétente et indépendante ; et 3. la création d’un programme et de cycles de formation syndicale et professionnelle (en présentiel et en ligne) élaborés et cohérents. »

Suite à cet avis d’information nous n’avons jusqu’à ce jour eu aucune réponse ou réaction directe de la part de Madame Maria Joaquina Veiga de Almeida. De fait, Madame Maria Joaquina Veiga de Almeida a cessé depuis début janvier 2019 la communication directe avec l’ONG OGBL, au point qu’elle ne nous a même pas informé de son passage au Luxembourg la semaine passée lors de ses interventions auprès des médias luxembourgeois.

Notre préoccupation que l’immeuble prévu à l’adresse ,rua 5 de Julio’ à Praia puisse être détourné de sa destination primaire n’est pas tombée du ciel non plus. Ainsi, le bureau exécutif de l’UNTC-CS, notamment sa secrétaire générale a chargé un bureau d’architecte de faire des plans de l’immeuble en question (sans se concerter avec l’ONG OGBL) – des plans concernant l’électricité et les télécommunications de cet immeuble évoquent clairement « nouveau siège de l’UNTC-CS ». Il devrait donc au moins nous être permis d’être sceptique par rapport aux intentions de notamment Madame Maria Joaquina Veiga de Almeida. Surtout que, lors des négociations qui ont eu lieu entre l’UNTC-CS et l’ONG OGBL, le bureau exécutif de l’UNTC-CS n’était pas prêt à faire aucune concession par rapport aux droits de propriété et d’utilisation de l’immeuble prévu.

Dans les circonstances évoquées il nous paraît du moins très compliqué de se mettre d’accord sur une Convention de partenariat entre l’ONG OGBL solidarité syndicale a.s.b.l. et l’UNTC-CS, une condition incontournable exigée par le Ministère des Affaires étrangères et européennes du Luxembourg, principal bailleur de fonds du projet en question.

Mais, ne vous inquiétez pas, il n’est pas question d’abandonner le projet « Centre de formation syndicale et professionnelle au Cabo Verde ». Au regard des difficultés rencontrées nous, l’ONG OGBL, avons tout simplement décidé qu’il était plus judicieux de suspendre jusqu’à nouvel ordre la construction de l’immeuble prévu à l’adresse ,rua 5 de Julio’ – et non pas le projet ! Il est néanmoins tout à fait concevable qu’on revienne à un moment ultérieur à l’idée de construire un immeuble spécifiquement dédié à la formation syndicale et professionnelle ; cependant à l’heure actuelle nous considérons plus judicieux de d’abord nous concentrer sur les autres aspects du projet, qui sont tout aussi importants pour l’atteinte des objectifs du projet, voire plus importants que la construction d’un immeuble.

Justement – pour reprendre les mots de Madame Maria Joaquina Veiga de Almeida dans son intervention auprès de Radio Latina –  nous voulons créer un centre de formation syndicale et professionnelle au service de tous les travailleurs/-euses et organisations syndicales du Cabo Verde ; une démarche que le bureau exécutif de l’UNTC-CS, notamment Madame Maria Joaquina Veiga de Almeida nous à d’ailleurs rendu assez compliqué jusqu’à présent en refusant par exemple toute collaboration avec l’autre confédération syndicale au Cabo Verde, la CCSL.

Et pourtant, nous ne voulons toujours pas fermer toutes les portes à une collaboration entre l’ONG OGBL et l’UNTC-CS, dans le mesure ou le bureau exécutif de l’UNTC-CS est prêt à enfin avancer sur les autres aspects du projet, et de laisser tomber du moins à l’heure actuelle la question de l’immeuble pour le bien du projet et des travailleurs/-euses et organisations syndicales du Cabo Verde. D’ailleurs, nous avons invité Madame Maria Joaquina Veiga de Almeida à participer à un séminaire de préparation, le 15 et 16 juillet 2019 à Praia, où plusieurs parties prenantes se rassembleront pour parler du projet et des actions ultérieurs. Jusqu’à présent Madame Maria Joaquina Veiga de Almeida ne nous a pas encore manifesté sa volonté d’y participer. Elle y sera la bienvenue !

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter par e-mail (armand.drews@ogbl.lu), ou bien par téléphone (+352 621 156 567).

Armand Drews                                     
Secrétaire de l’ONG OGBL Solidarité syndicale a.s.b.l. 

Les commentaires sont fermés.