• Home
  •  | 
  • «Seul, on ne peut rien faire, c’est ensemble que nous ferons bouger les choses!»

«Seul, on ne peut rien faire, c’est ensemble que nous ferons bouger les choses!»

Aktuell: Taina, tu es depuis mi-novembre la responsable du Département des Jeunes de l‘OGBL, pourquoi est-il important pour les jeunes gens de participer activement à la vie syndicale?

TB: Actuellement, l‘OGBL compte environ 12 800 membres de moins de 36 ans. Puisque les jeunes ont des besoins et préoccupations bien différentes de celles des plus âgés, il est indispensable de mettre à leur disposition un département spécifique ayant comme objectif de prendre en charge des jeunes salarié(e)s, apprenti(e)s,
étudiant(e)s et élèves de les informer sur les leurs droits, obligations et possibilités d’action.
Car, en s’unissant avec un syndicat fort, le jeune salarié(e), qui se bat pour une rémunération correcte, pour de meilleurs horaires de travail, ou qui rencontre des difficultés au cours de sa formation, met toutes les chances de son côté. Ce n’est que grâce à une importante base militante active que le syndicat arrive à s’imposer face aux employeurs et à se faire entendre par les dirigeant(e)s politiques. Et c’est aussi pour mettre en pratique les revendications syndicales au niveau des entreprises que les jeunes salariés doivent s’organiser.

Aktuell: Quelles sont les priorités pour le Département des Jeunes et en quoi consiste le travail des jeunes précisément?

TB: Les jeunes doivent prendre conscience du fait que la plupart des améliorations dans le monde du travail ainsi que les acquis sociaux, si évidents pour nous aujourd’hui, sont le résultat de luttes décennales acharnées. Ces «vieilles» vertus syndicales, comme la solidarité et l’action commune, sont toujours d’actualité, mais doivent être transmises de façon plus intelligible aux jeunes. En plus, se posent toujours de nouveaux défis: les entreprises qui menacent de supprimer des postes de travail, ou qui refusent des formations, des salariés mal rémunérés, un taux de chômage en augmentation permanente. Un(e) salarié(e) seul(e) face à son employeur sera toujours en position de faiblesse. Seul, on ne peut rien faire, c’est ensemble que nous ferons bouger les choses! Nous devons nous battre pour une société plus juste envers les jeunes et leur montrer des perspectives d’avenir plus positives. Il faut donner aux jeunes la possibilité de conclure leurs études par des diplômes de valeur et d‘entamer la formation ou les études qu’ils désirent. Par la suite, il est d’autant plus important de les intégrer dans le monde du travail.

Aktuell: Si un jeune rencontre un problème dans son milieu de travail ou pendant sa formation, qu’est-ce qu’il peut entreprendre plus précisément?

TB: Dans un premier temps il devrait se confier à un délégué du personnel de l’entreprise. S’il n’y a pas de délégation ou si le problème ne peut pas être résolu, il convient de s’adresser à l’OGBL pour faire évaluer la situation et trouver ensemble des solutions.

Aktuell: Comment peut-on prendre contact avec toi?

TB: On peut me contacter par e-mail à taina.bofferding@ogbl.lu, ou bien par téléphone au 540545-404. Ce sera un plaisir pour moi d’accueillir aussi les intéressés qui désirent s’engager activement.

Aktuell: Taina nous te remercions pour cet entretien intéressant et te souhaitons beaucoup de succès dans ton nouveau défi professionnel.

Die Kommentarfunktion ist geschlossen.