2 juin 2017

Université du Luxembourg

Le personnel de nettoyage et de sécurité – première victime du plan de rigueur

universite_panneauL’OGBL vient d’apprendre que suite aux différentes mesures d’épargne mises en œuvre par l’Université du Luxembourg (sur recommandation du cabinet de conseil McKinsey), dont une diminution de la fréquence de nettoyage des salles et bureaux et des heures d’ouverture des réceptions, deux sous-traitants de l’Université ont procédé à des licenciements et à des diminutions de tâches. Selon nos informations, quatre agents de nettoyage et deux agents de sécurité seraient licenciés, quatre agents de nettoyage connaitraient une réduction involontaire de leur temps de travail avec une baisse de salaire conséquente.

Dans un communiqué de presse précédent, publié le 8 mai, l’OGBL avait énoncé sans équivoque qu’il n’accepterait aucun licenciement en raison du plan de rigueur : «Des licenciements dans l’établissement public qu’est l’Université sont clairement pour nous une ligne rouge à ne pas franchir.»

Ceci vaut également pour les sous-traitants de l’Université. On peut d’ailleurs se poser la question pour quelle raison un établissement public a recours à des sous-traitants et a externalisé ses services de sécurité et de nettoyage à des entreprises privées, payant des salaires inférieurs à la grille de salaires qui est d’application à l’Université.

En tout cas, il est particulièrement ignoble que ce soit ce personnel, la partie la plus vulnérable des personnes qui travaillent à l’Université, qui soit frappée le plus fortement par un plan d’épargnes, dont la nécessité, du moins dans l’envergure envisagée, est loin d’être évidente au vu de la situation financière affichée de l’Université (budget 2017 en équilibre, léger excédent en 2016, niveau élevé de réserves…). Il est surtout inacceptable que le personnel de nettoyage et de sécurité doive payer pour les erreurs de management qui ont mené à la situation actuelle !

Les trois syndicats concernés de l’OGBL, Education et Sciences, Services et Energie et Services privés de nettoyage, d’hygiène et d’environnement, appellent l’établissement public qu’est l’Université du Luxembourg à prendre sa responsabilité sociale et à intervenir auprès de ses sous-traitants pour demander l’annulation des licenciements et des diminutions involontaires du temps de travail et d’intégrer les personnes concernées comme salariés à l’Université.

Si l’Université ne prend aucune action en faveur des salariés concernés et poursuit une politique de rigueur budgétaire qui met en danger non seulement le développement futur de l’Université mais également des emplois et carrières dans différents secteurs, des actions syndicales ne sont pas à exclure.

Communiqué par les syndicats Education et Sciences, Services et Energie et Services privés de nettoyage, d’hygiène et d’environnement de l’OGBL le 2 juin 2017

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.