3 février 2015

Secteur social

Absence de dialogue social

secteur_social_02_2015Le 28 janvier une conférence de presse du syndicat santé, services sociaux et éducatifs a eu lieu au sujet du secteur social. Les responsables du syndicat ont évoqué à cette occasion un certain nombre de sujet actuels concernant le secteur.

Pas de dialogue social dans le secteur social

Le syndicat santé, services sociaux et éducatifs de l’OGBL constate, qu’une partie de mesures sont annoncées dans le secteur social, sans inclure ni les professionnels du secteur, ni leur syndicat dans les discussions.

Ici, il s’agit de mettre en évidence l’accueil bilingue des enfants, pour lequel aussi bien le concept pédagogique que les infrastructures adaptées dans les crèches et les maisons relais font défaut. En même temps nous trouvons dans le soi-disant «Zukunftspak», l’annonce que le niveau de qualification des collaborateurs doit être revu à la baisse.

Une autre mesure est l’annonce du changement des horaires à l’école primaire. Si l’école doit à présent remplir une fonction d’encadrement, ceci a des conséquences importantes sur la composition du personnel dans les structures d’encadrement extra-scolaires.

Le syndicat santé, services sociaux et éducatifs a demandé déjà trois fois une entrevue à ce sujet avec Claude Meisch, ministre chargé de l’éducation et de l’enfance. Cependant ce dernier n’a jamais trouvé qu’il était nécessaire de répondre à la plus grande représentation des salariés du secteur. Ce refus de dialogue social est scandaleux de la part du ministère! À cause des problèmes imminents et de l’atmosphère actuelle dans le secteur, le ministre ferait bien de dialoguer avec nous.

Mise en œuvre de la réforme de la fonction publique pour la convention collective SAS (CCT SAS)

La CCT-SAS est liée par son article 28 et par l’article 12 de la loi ASFT à la fonction publique. Cela signifie que les salaires et les conditions de travail dans ce secteur se développent toujours parallèlement à ceux de la fonction publique.

Nous sommes à deux doigts du vote sur la réforme dans la fonction publique, par laquelle les professions de santé et les professions socio-éducatives doivent être revalorisées. Dans l’accord avec les syndicats datant de novembre 2014, le gouvernement s’est clairement compromis par rapport à l’article 28 et ainsi au lien de la CCT SAS avec la fonction publique.

Un engagement sans équivoque signifie donc également le financement de la mise en œuvre par les ministères responsables. Cependant nous avons déjà aujourd’hui, dans certains domaines, des financements forfaitaires (p.ex. le secteur ONE et le secteur des handicapés), et nous nous trouvons au seuil d’une réforme de l’assurance dépendance qui finance une grande partie du secteur SAS.

Nous exigeons de la part du gouvernement, de réunir enfin la commission paritaire de la loi ASFT, dans laquelle il y a des représentants des ministères responsables, des ententes patronales et des syndicats, afin de pouvoir déterminer les retombées de la réforme de la fonction publique sur la CCT SAS.

La revalorisation des professions de santé et des professions socio-éducatives doit particulièrement être mise en œuvre dans le secteur SAS, en l’occurrence de manière équitable pour ceux qui travaillent depuis longtemps dans ces professions et qui ont lutté pendant des décennies pour la revalorisation de leur profession. Nous invitons les ententes patronales du secteur SAS de s’engager à nos côtés pour la mise en œuvre de la réforme dans la fonction publique au niveau de la CCT SAS.

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.