21 février 2013

L’OGBL a demandé à la ministre de la Famille de corriger la politique familiale en faveur des ménages à plus faible revenu

Une délégation de l’OGBL conduite par le président Jean-Claude Reding a été reçue le 20 février 2013 par la ministre de la Famille Marie-Josée Jacobs pour un échange de vues sur la politique familiale.

Le président de l’OGBL Jean-Claude Reding a d’emblée porté la discussion sur le sens de l’augmentation substantielle des tarifs du transport en commun, drastique pour les jeunes et les seniors (Jumbokaart +50%; carte Senior + 100%), et la suppression des réductions pour familles nombreuses. D’après l’OGBL, ces augmentations ont non seulement un effet négatif sur l’inflation, car ils l’alimentent comme l’a montré le Statec dans sa note sur l’évolution des prix à la consommation au mois de janvier, mais ont également des conséquences négatives sur le plan social, notamment pour les pensionnés et les familles nombreuses à faible revenu. A titre d’exemple, une famille avec trois enfants qui bénéficiait de la gratuité du transport en commun devra dorénavant payer en moyenne plus de 550 € par an.

L’OGBL a placé ces nouvelles augmentations dans le contexte des mesures déjà défavorables aux ménages avec enfants à charge: la désindexation des allocations familiales depuis 2006, la non-adaptation du boni enfant à l’inflation depuis son introduction, l’augmentation des tarifs des crèches suite aux modifications des chèques-services et la réduction prévue de l’allocation de rentrée scolaire. Cet ensemble de mesures fait que les transferts sociaux, rempart luxembourgeois contre la pauvreté, perdent continuellement en valeur et que le pouvoir d’achat des ménages est en constante diminution. Le risque de pauvreté progresse inlassablement chez les ménages à plus faible revenu. Pour contrer cette évolution, l’OGBL a exposé un certain nombre de pistes pratiques.

La ministre de la Famille s’est montrée intéressée par les propositions de l’OGBL, mais a fait valoir qu’en ces temps de redressement budgétaire il était hors question de procéder à des augmentations générales des allocations. Elle était disposée à poursuivre les discussions sur une approche d’adaptation sélective basée sur le revenu.

Le président de l’OGBL a salué cette ouverture et s’est dit prêt à participer à des échanges approfondis visant une adaptation sélective de certaines prestations familiales. Il a également profité de l’occasion pour lancer un appel au gouvernement de discuter d’abord avant d’annoncer des décisions comme notamment celle concernant l’augmentation considérable des titres de transport pour jeunes et seniors et l’abolition des réductions pour familles nombreuses.

Communiqué par l’OGBL
le 20 février 2013

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.