19 juillet 2017

Mathias Hinterscheid, un grand homme du syndicalisme européen

tribute-to-mathias-interscheid_1
Dans le cadre de la réunion du Comité exécutif de la Confédération européenne des syndicats (CES), l’OGBL et les membres de la CES ont rendu hommage à Mathias Hinterscheid, un homme qui a considérablement influencé et dirigé le mouvement syndical et ouvrier européen. La Confédération européenne a pour objectif central de représenter les intérêts sociaux, économiques et culturels des travailleurs au niveau européen et de promouvoir la démocratie. Le luxembourgeois était à la tête de la CES pendant 15 ans au total, de 1976 à 1991. Mathias Hinterscheid est décédé en décembre de l’année dernière après une longue maladie.

Mathias Hinterscheid a contribué de manière déterminante à l’évolution de l’organisation, relativement jeune à cette époque. Aujourd’hui, la CES est une institution influente, laquelle s’engage indéfectiblement pour les droits des travailleurs et citoyens au niveau européen. Seulement trois ans après la fondation de la CES 1973 à Bruxelles, Mathias Hinterscheid était élu secrétaire général en 1976 au Congrès de Londres. En présence de la famille de Mathias Hinterscheid, Georges Dassis, Président du Comité économique et social européen, Jean Lapeyere, ancien secrétaire général adjoint de la CES ainsi que des anciens collègues syndicaux luxembourgeois et européens, le secrétaire général de la CES, Luca Visentini, et le Président de l’OGBL, André Roeltgen, ont commémoré la vie mouvementée de Mathias Hinterscheid, laquelle il avait consacré entièrement au mouvement syndical.

Dans son discours, André Roeltgen, a passé en revue les jeunes années de Mathias Hinterscheid. Né à Dudelange, il a grandi dans le milieu ouvrier de la ville industrielle importante. Il a abandonné l’école prématurément à l’âge de 14 ans, suit une formation comme serrurier-métallier et finalement rejoint la Fédération ouvrière luxembourgeoise (LAV). Mathias Hinterscheid était sans interruption du début jusqu’à la fin de sa carrière professionnelle membre d’un syndicat. Rapidement, il prend de plus en plus de responsabilités dans le syndicat et est élu président du LAV en 1970. De plus, il exerce la fonction de secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT). Cette confédération s’est occupée notamment des relations internationales des syndicats libres luxembourgeois. C’est donc à cette époque qu’il apprend à connaître le mouvement syndical européen et international, et qu’il commence à s’engager de plus en plus sur les affaires européennes.

Au niveau national, Mathias Hinterscheid a fait de grandes choses. Un des moments les plus importants de l’histoire syndicale luxembourgeoise a eu lieu le 9 octobre 1973. Dans le cadre d’une grève générale, plus de 32.000 travailleurs sont descendus dans les rues pour protester ensemble pour un meilleur droit de travail. Comme Président du LAV et secrétaire général de la CGT, Mathias Hinterscheid était un des personnages clés de cette journée historique. Cette démonstration de force a rendu possible la négociation de meilleures conditions de la sécurité sociale et a ancré le dialogue social dans de nombreuses entreprises luxembourgeoises.

En 1976, Mathias Hinterscheid choisit de démissionner de ses fonctions nationales pour se consacrer complétement au mouvement syndical européen. Il est élu secrétaire général de la CES la même année, une fonction qu’il a occupé pendant 15 ans, une période qui n’a jamais été égalée jusqu’à ce jour. A cette époque, la CES était encore une organisation jeune et Luca Visentini rappelle le rôle central que Mathias Hinterscheid a joué pour stabiliser cette organisation. La CES unit des membres de toutes les orientations politiques et sous la direction de Mathias Hinterscheid, la CES a surmonté les divisions idéologiques pour donner une voix unifiée au mouvement des travailleurs au niveau européen. Pour la première fois, les syndicats ont représenté ensemble les intérêts par rapport aux institutions européennes et aux organisations patronales. Ceci a fortement renforcé la position de négociations de la CES.

Mathias Hinterscheid s’est engagé pour une Europe sociale et juste, pour la réduction du temps de travail et pour le plein emploi. La CES a gagné un grand nombre de nouveaux membres sous sa direction. Aujourd’hui, l’organisation compte 89 membres de 39 pays, ainsi que 10 fédérations syndicales et possède le mandat de conclure des conventions au niveau européen avec les partenaires sociaux pour protéger et améliorer les droits des travailleurs. André Roeltgen explique que Mathias Hinterscheid était une des forces motrices dans la création du centre de recherche, le centre de formation et le bureau technique syndical européen de la CES. Grâce à l’engagement altruiste de Mathias Hinterscheid, la CES est aujourd’hui une instance qui représente plus de 60 millions de travailleurs.
Aussi, ses vieux compagnons, Georges Dassis et Jean Lapeyere se sont souvenus avec bienveillance dans leur éloge aux années passées ensemble et ont décrit un homme passionné, direct et déterminé avec la mission centrale d’améliorer les conditions de vie des travailleurs et qui s’est engagé sans cesse pour la démocratie en Europe. A la fin de la commémoration, Henri Hinterscheid, fils ainé de Mathias Hinterscheid a pris la parole pour remercier la CES et l’OGBL. Il a souligné encore une fois l’importance de la CES dans la vie de son père.

La CES et l’OGBL vont garder Mathias Hinterscheid en mémoire comme un grand exemple.

tribute-to-mathias-interscheid_2

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.