30 janvier 2018

Luxair provoque

Les syndicats saisissent l’ONC

Luxair Cargo - Cargo Center - CargoluxLa lettre du directeur de LuxairCargo, envoyée le 8 janvier 2018 à tout le personnel, ne passe pas inaperçue et reflète l’approche provocatrice de la direction générale envers l’ensemble des 2 800 salariés et de la délégation du personnel.

Dans sa missive, le directeur de LuxairCargo s’oppose catégoriquement à une revalorisation des salaires et des carrières telle que revendiquée par les syndicats, prétextant qu’en raison de la convention collective et du système de l’indexation, les salariés de Luxair seraient les mieux payés au monde. Le directeur de LuxairCargo justifie sa décision encore par des investissements futurs à réaliser. Les salariés de Luxair sont-ils appelés à financer les investissements ?

Année record, selon Luxair

Selon ses propres chiffres, publiés le 11 janvier 2018, Luxair a réalisé en 2017 une année record. Comparés à 2016, les chiffres se présentent comme suit :

Département 2017 2016 Variation
Airline/LuxairTours 1 933 34 passagers 1 837 456 passagers +7%
Cargo handling 938 600 t 822 196 t +14%
Handling passagers 3 600 000 clients 3 022 000 clients +20%
Catering 2 200 000 repas 2 075 000 repas +6%

 

La situation économique de Luxair est donc excellente et il n’existe aucune raison pour que la direction refuse de discuter avec les syndicats sur une revalorisation des carrières ! Avec 21 693 t transbordées dans la semaine du 20 novembre 2017, Luxair enregistrait même une semaine record au Cargo Centre. Les syndicats revendiquent que les efforts du personnel au cours des derniers mois soient enfin reconnus et honorés.

Promotions à la tête du client

Alors que la direction refuse la discussion sur une revalorisation des carrières, devenue nécessaire à la suite de la validation des «jobs descriptions», elle procède à la promotion sélective, voire à la tête du client, notamment au Cargo Centre. Ces promotions sont décidées par la direction comme bon lui semblent, en absence totale de critères discutés préalablement avec la délégation du personnel ou avec les membres du comité mixte. Cette façon d’agir est discriminatoire et constitue une violation des dispositions du Code du Travail.

Luxair – créateur d’emplois précaires

Luxair dispose déjà d’une flexibilité énorme en ce qui concerne sa politique d’embauche (contrats à durée déterminée, période d’essai, travail intérimaire). Or, il s’avère qu’avec son désir de flexibiliser davantage les conditions d’embauche, Luxair poursuit visiblement le but de diluer le Code du Travail. L’embauche de salariés avec un contrat saisonnier est devenue la norme. Or, le contrat saisonnier donne au salarié encore moins de protection qu’un CDI. Les premiers contrats saisonniers ont été conclus pour le personnel navigant, suivi du Cargo Centre. Actuellement, toute la société est infectée. Luxair se développe-t-elle en un créateur d’emplois précaires ? Une entreprise comme Luxair, contrôlée par l’Etat et des organismes paraétatiques, ne devrait-elle pas lutter contre le dumping social ? Ce nouveau type de contrat n’a jamais été discuté préalablement avec les syndicats ou avec la délégation du personnel.

La chasse aux malades lancée

Par simple note à tout le personnel, et sans la moindre consultation du comité mixte, de la délégation du personnel et/ou des syndicats, la direction générale a lancé, en date du 17 janvier 2018, un programme de «Prévention et de gestion de l’absentéisme». Les salariés n’en connaissent pas le moindre détail et ne sont donc pas au courant des éléments analysés, voire sanctionnés. En 2017, la direction annonçait un changement dans la gestion des accidents de travail, ayant eu pour conséquence qu’un salarié au Cargo Centre fut tout simplement licencié après avoir causé un accident de travail. Luxair, ouvre-t-elle maintenant la chasse aux malades ?

Non-respect des droits de la délégation du personnel

La délégation du personnel demande, depuis le mois d’octobre 2017, un accès à «Netline», le programme de planification du temps de travail du personnel navigant. La direction de Luxair s’oppose à cette demande. Par cette manière d’agir, la délégation est dans l’impossibilité de contrôler les POT (plans d’organisation du travail). Comme le contrôle des POT fait partie des tâches légales de la délégation, il s’agit, en l’espèce, d’une entrave au bon fonctionnement de la délégation du personnel.

Dialogue social au point mort

Compte tenu de cette approche patronale plus que contestable, par laquelle le modèle social luxembourgeois est remis en cause, les syndicats, avec l’appui de la délégation du personnel, ont décidé, en date du 26 janvier 2018, de saisir l’Office National de Conciliation de ce litige collectif. Les syndicats lancent un appel à tous les salariés de se tenir à la disposition pour d’éventuelles actions syndicales.

Communiqué le 29 janvier 2018

 

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.