25 mars 2021

35 ans d’existence

Le département des Immigrés de l’OGBL poursuit son combat contre toutes les formes de discriminations

ass_general_Dep_immigres_20_03_2021_17

Le département des Immigrés de l’OGBL a tenu son assemblée générale le 20 mars 2021. Une assemblée générale au cours de laquelle un nouveau Comité exécutif a notamment été élu, qui sera désormais présidé par une femme, Sónia Neves. C’est la deuxième fois qu’une femme préside ce département de l’OGBL, fondé en 1985.

ass_general_Dep_immigres_20_03_2021_24Lors de l’assemblée générale ont également été fixés les objectifs du département des Immigrés de l’OGBL pour les trois prochaines années. Dans le cahier de revendications figurent plusieurs priorités qui touchent actuellement de plein fouet les résidents étrangers au Luxembourg

Cahier de revendications: accès pour tous au logement et autres combats

L’accès pour tous au logement est assurément un des points les plus importants du cahier de revendications, sachant que la crise du logement est responsable non seulement de l’augmentation de la pauvreté au Luxembourg, mais également de la dégradation des conditions de vie des salariés et qu’elle nuit directement à leur bonne intégration et à leur dignité. La solution ne peut pas être abandonnée aux lois du marché et il ne suffit pas de construire uniquement davantage, mais il faut surtout construire à des prix accessibles, tout en limitant les prix des loyers.

Le département des Immigrés s’engage également pour de meilleures conditions de santé et de sécurité au travail, qui se sont également dégradées ces dernières années, précisément dans les secteurs dans lesquels les salariés migrants sont majoritairement employés, comme par exemple le bâtiment, le nettoyage, la restauration, le gardiennage et le commerce. Le département s’inquiète du nombre d’accidents au travail et s’étonne aussi de voir que pour l’année 2019, l’ITM compte 442 accidents et 10 morts au travail tandis que l’Assurance-accident relève, elle, plus de 20 000 accidents et 23 morts!

ass_general_Dep_immigres_20_03_2021_eduardo_dias3Une autre exigence du département des Immigrés vise une réforme de la législation sur le travail intérimaire, de manière à ce que les travailleurs intérimaires puissent être mieux protégés et avoir davantage de droits. Il faudrait également réformer la législation relative à la pension d’invalidité et au reclassement professionnel. Même si la loi a été modifiée récemment, elle demeure toujours discriminatoire pour les non-résidents et quant aux conditions requises pour bénéficier du reclassement professionnel. Pour la pension d’invalidité, les indemnités d’attente prévues par la loi doivent quant à elles être limitées dans le temps (une année maximum) et reconduites obligatoirement en pension d’invalidité définitive.

Le droit à la santé pour tous est également une priorité du département. Il faut savoir qu’environ 1 500 personnes au Luxembourg ne peuvent pas se soigner, puisqu’elles ne sont pas couvertes par l’assurance-maladie. L’Etat peut et doit instituer une couverture-santé universelle.

Le département des Immigrés revendique par ailleurs l’introduction au plus vite du système du tiers payant. Une partie des salariés et des pensionnés n’ont en effet pas les moyens financiers pour avancer les montants des factures médicales, hospitalières, etc. Un tel dispositif serait juste et adéquat pour tous et en particulier pour les plus défavorisés.

ass_general_Dep_immigres_20_03_2021_Sonia_NevesLa lutte contre les discriminations et pour l’égalité de traitement, notamment dans les secteurs dans lesquels travaillent beaucoup d’étrangers ou de femmes, comme celui du nettoyage et du commerce, constituent également une priorité de la lutte syndicale.

Le département des Immigrés demande aussi à ce que le Code du travail soit révisé concernant le travail de nuit, en prévoyant une compensation et/ou une contrepartie salariale, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Un des premiers terrains de lutte du département des Immigrés en 1985 visait l’ouverture du droit de vote pour les résidents étrangers aux élections communales et par la suite, aux élections européennes. Aujourd’hui, cette revendication s’étend aux élections législatives. Les immigrés constituent près de 50% de la population résidente dans le pays et doivent pouvoir participer à la vie politique. Le droit de vote doit devenir un droit pour tous.

35 ans après sa création, et en ce moment particulier de crise pandémique et économique, au moment même où beaucoup essayent de démanteler les acquis sociaux, il est plus important que jamais que le département des Immigrés de l’OGBL continue de défendre les intérêts et les droits des résidents étrangers, tout en dénonçant toutes les formes de discriminations et en promouvant l’égalité de traitement.

Le nouveau Comité exécutif

dep_immigresLe nouveau Comité exécutif du département des Immigrés de l’OGBL, élu pour trois ans, est composée de:  Sónia Neves, présidente; Eduardo Dias, secrétaire central; Madalena Valério, vice-présidente; Fatmir Azemi, vice-président; Bernard Colussi, trésorier; Claude Gislard, secrétaire; Michelangelo Albanese et Dorina Macari, réviseurs de caisse; Steve Moiny, Cristina Neves et Pietro Monaco, membres.

Communiqué par le département des Immigrés de l’OGBL
25 mars 2021

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.