7 mars 2019

Journée internationale des femmes

La lutte pour l’égalité entre hommes et femmes continue!

journee_international_des_femmes
Le 8 mars 2019 se tiendra, comme tous les ans depuis 1911, la Journée internationale des femmes. Une journée qui reste encore aujourd’hui d’une grande actualité et d’importance pour l’OGBL.

L’OGBL est à ce titre un membre actif de la Plateforme JIF (journée internationale de la femme) qui regroupe une vingtaine d’organisations œuvrant pour l’égalité entre femmes et hommes. Cette plateforme d’action, initiée par le Cid-femmes, se réunit tous les ans pour célébrer cette journée et pour mettre en avant la dimension politique du 8 mars, en y soulignant les acquis du féminisme.

En 2019, deux événements sont organisés au Luxembourg, à l’occasion de la Journée Internationale des Femmes:

  • le vendredi 8 mars aura lieu une marche féministe à Luxembourg-ville (rendez-vous est donné à 12h à la gare centrale de Luxembourg-ville, la marche prendra ensuite la direction de la place d’Armes)
  • le dimanche 10 mars sera organisée toute la journée, à l’abbaye de Neumünster, une fête féministe et culturelle Il s’agit d’une journée animée et culturelle rythmée par des actions, des échanges et de la solidarité féministe

Cette année est d’autant plus symbolique, en raison du fait que nous célébrons au Luxembourg le 100e anniversaire du droit de vote actif et passif pour les femmes.

Si cet acquis a constitué une étape importante, il reste pour autant encore beaucoup de chemin à faire en matière d’égalité entre hommes et femmes, notamment dans le monde du travail. Une égalité absolue dans le monde du travail et dans la société en général fait toujours défaut. Et malheureusement, la situation des femmes dans le monde du travail demeure largement défavorable.

Au sein des fonctions dirigeantes dans les entreprises, force est de constater que les femmes sont encore sous-représentées. Le «gender pay gap» ou la différence de salaires entre femmes et hommes se situe également encore à 9% au Luxembourg, à travail égal, en défaveur des femmes. Et dans certains secteurs, avant tout dans celui du nettoyage, des entreprises multinationales, avec des hommes à leur tête, refusent de payer le salaire social minimum qualifié à leurs salariées.

Enfin, notons que les femmes sont aujourd’hui encore surreprésentées au Luxembourg dans les secteurs et emplois à bas salaires, comme par exemple dans les secteurs de la restauration, du commerce ou du nettoyage. Et ce n’est donc pas un hasard si, d’un point de vue syndical, ce sont les secteurs où il reste encore beaucoup à faire.

La revendication phare de l’OGBL visant une augmentation structurelle de 10% du salaire social minimum qualifié et non-qualifié concerne évidemment en premier lieu ces secteurs. Cette augmentation, plus que nécessaire, contribuerait à rétablir un peu mieux la répartition actuellement injuste des gains de productivité et à lutter contre les écarts grandissant de salaires qui se font aux dépens des couches salariales inférieures et moyennes, parmi lesquelles on retrouve une très grande présence féminine.

Dans le même ordre d’idées, l’action permanente et déterminée de l’OGBL contre toutes formes de flexibilisation à outrance des heures de travail vise une meilleure conciliation entre vie professionnelle et vie privée, pour les hommes et les femmes. La revendication de l’OGBL pour de bons horaires de travail équivaut en effet à davantage de temps pour soi et sa famille.

Enfin, sachant que de nos jours encore, ce sont les femmes qui dans une plus large mesure souhaitent travailler à temps partiel, l’OGBL rappelle qu’il revendique l’introduction d’un droit absolu au temps partiel, associé à un droit au retour à un temps plein, suivant le désir du ou de la salarié(e).

Réaliser l’égalité des chances, aménager des marges de manœuvres et créer les conditions qui permettent aux femmes de décider en toute autonomie de leur plan de vie, telles demeurent les missions que se sont données les femmes au sein de l’OGBL et pour lesquelles, tous les jours, elles se battent.

>> Plus d’informations sur la Journée internationale des femmes 2019 au Luxembourg ici

Communiqué par le département des Femmes de l’OGBL
le 7 mars 2019

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.