5 octobre 2012

L’avenir de Cargolux et du Cargo Centre

L’ITF lance un appel au gouvernement luxembourgeois

La section «aviation civile» de l’ITF (Fédération Internationale des Travailleurs du Transport), fédération mondiale et porte-parole de plus de 4,5 millions de travailleurs dans le secteur du transport, s’est réunie à Londres du 2 au 5 octobre 2012. Le Luxembourg était représenté par l’OGBL. Hubert Hollerich, secrétaire central du Syndicat Aviation civile de l’OGBL a participé à l’assemblée.

Lors de cette rencontre, les sujets suivants ont été discutés: analyse des conditions de travail du personnel au sol, du personnel de vol et du personnel engagé dans le contrôle de la navigation aérienne dans différentes parties du monde; les répercussions des compagnies low cost sur les conditions sociales ; l’externalisation et le délocalisation d’activités et, par conséquent, le développement du dumping social ; le dialogue social au niveau régional et mondial. L’ordre du jour prévoyait également une information sur le dossier Cargolux et Cargo Centre de l’aéroport de Luxembourg.

Secteur du fret aérien au Luxembourg en danger

Dans son intervention devant les syndicalistes venus du monde entier, Hubert Hollerich expliqua le dossier du secteur logistique au Luxembourg remis en cause avec l’arrivée de Qatar Airways dans le capital de Cargolux. Une lettre de l’ETF, la branche européenne de l’ITF, du mois de juin 2011, adressée au gouvernement luxembourgeois, n’a pas suscité l’intérêt escompté, de sorte que les problèmes soulevés dans cette lettre sont actuellement malheureusement en train de se réaliser. La direction de Cargolux annonce son intention d’externaliser voire de délocaliser certaines activités, comme la maintenance et le département des pilotes, des décisions importantes sont communiquées par la presse internationale, la convention collective a été dénoncée, le dialogue social est réduit à son strict minimum. L’actionnaire minoritaire se comporte comme s’il disposait de 100% des actions. La menace du directeur général intérimaire de Cargolux, de vouloir réduire sensiblement, pour des raisons de coût, les opérations au cargo centre de Luxembourg, aurait des conséquences néfastes sur l’emploi. Au total, selon Hubert Hollerich, de 7000 à 8000 emplois seraient en danger au cas où le gouvernement continuerait à faire la sourde oreille. L’OGBL a sollicité le soutien de l’ITF dans cette affaire.

L‘ITF écrit au Premier ministre Juncker

Vu la gravité de l’affaire, le secrétaire général de l’ITF, David Cockroft, a assuré à l’OGBL le plein soutien de la fédération mondiale et a décidé, spontanément, d’intervenir auprès du gouvernement luxembourgeois. Dans une lettre de réclamation, l’ITF reprend les inquiétudes manifestés par l’OGBL. Le gouvernement est appelé à s’engager, enfin, en défense du site aéroportuaire du Luxembourg et les milliers d’emplois qui en dépendent. Enfin, le gouvernement luxembourgeois est rappelé à sa promesse faite en mars 2012, suivant laquelle, même après une augmentation de capital, la pondération au sein du capital de Cargolux resterait inchangée, c.à.d. 65% détenus par les actionnaires luxembourgeois et 35% par Qatar Airways.

Des représentants syndicaux d’autres pays se sont également montrés choqués par la façon dont est traité le dossier Cargolux.

Communiqué par le Syndicat Aviation civile de l’OGBL
le 5 octobre 2012

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.