7 janvier 2019

Secteur de l'Aviation civile

Face à des défis très particuliers avant les élections sociales

IMG_2078Un secteur en plein essor, plusieurs conventions collectives en renégociation et des élections sociales qui approchent.

Le secteur de l’aviation est en plein essor au Luxembourg. Avec plus de 900 000 tonnes de marchandises traitées et 3,6 millions de passagers qui ont transité via l’aéroport, le Findel a encore une fois battu tous ses records en 2017. En 2018, cette évolution continue: pour les neuf premiers mois de l’année, on constate une progression du nombre de passagers d’environ 13% et la progression continue également au niveau du fret.

Grâce à un travail sans faille de la part de l’OGBL, le syndicat numéro Un au Luxembourg, les salariés des entreprises établies au Findel, en l’occurrence Luxair, Cargolux, Lux-Airport, Panalpina, DHL, Kühne & Nagel et Lagardère, sont très majoritairement couverts par des conventions collectives de travail (CCT) de type «CCT-entreprise». Ces salariés peuvent ainsi bénéficier d’une progression continue des salaires et d’autres avantages procurés par une CCT.

Par ailleurs, grâce également à l’engagement de l’OGBL, il a été possible de négocier avec le Groupement des Services aéroportuaires du Findel une CCT pour le domaine de l’assistance en escale (handling). Cette CCT a été déclarée d’obligation générale ce qui garantit les conditions «négociés» de travail et de rémunération dans tout le secteur. Il ne sera dès lors pas possible qu’une société vienne s’installer au Luxembourg dans ce domaine avec l’objectif de casser les prix et d’exploiter les salariés avec des bas salaires.

Auprès de l’Administration de la navigation aérienne (ANA), l’OGBL représente les intérêts des contrôleurs de la circulation aérienne.

Plusieurs CCT viennent à expiration à la fin de l’année 2018 et sont actuellement en renégociation. Il s’agit notamment de la CCT sectorielle «handling» et de la CCT chez Cargolux. Même si les pressions sur les salaires sont considérables, l’OGBL s’engage fermement afin que les salariés puissent bénéficier le plus largement possible des excellents résultats que connaît actuellement la société Cargolux. En ce qui concerne la CCT sectorielle, les négociateurs de l’OGBL visent à conclure la négociation dans les plus brefs délais afin que la déclaration d’obligation générale puisse être arrêtée par règlement grand-ducal avant l’expiration de la présente convention.
Même si le maintien de bonnes conditions de travail est un combat dans lequel les délégations du personnel, appuyées par leur syndicat, doivent rester engagées tous les jours, il existe malheureusement dans ce secteur un défi autrement plus pénible. Ce défi ne concerne pas le rapport de force «naturel» qui existe entre les organisations salariales et patronales, mais le comportement irresponsable du syndicat chrétien LCGB.

Le LCGB a en effet une conception très particulière de la démocratie. Lors des élections sociales, le syndicat chrétien essaie par tous les moyens d’obtenir une majorité au sein de la délégation du personnel et opère donc avec une ruse extraordinaire.

Pour le ministre sortant, il s’agit d’un «détournement de la démocratie»

Lorsque toutes les autres organisations syndicales qui souhaitent participer aux élections demandent un seul numéro de liste, le LCGB fait la demande de trois numéros, à savoir: un 1er pour le syndicat proprement dit en utilisant sa dénomination en langue luxembourgeoise, abrégée LCGB, un 2e pour sa dénomination en langue française, abrégée CLSC (Confédération Luxembourgeoise des Syndicats Chrétiens) et un 3e pour sa branche interne qui s’occupe de ses membres travaillant dans le secteur de l’aviation, abrégé SEA (syndicat des employés du secteur de l’aviation).

Pour les prochaines élections sociales le LCGB aura donc à sa disposition les numéros 2 (LCGB), 8 (CLSC) et 9 (SEA), alors que l’OGBL ne se présente évidemment que sous un seul numéro de liste, le numéro 1.

Le but poursuivi est simple: en utilisant plusieurs listes dans une entreprise, le LCGB souhaite obtenir la majorité absolue par le biais d’une coalition qu’il fera avec soi-même. Tel est par exemple actuellement le cas chez Cargolux où le syndicat chrétien a coalisé les listes LCGB et CLSC.

Ceci est tout simplement scandaleux! Il s’agit d’un «détournement de la démocratie», comme l’a si bien exprimé l’ancien ministre du travail, Nicolas Schmit, à l’occasion d’un échange sur Facebook.

L’OGBL appelle tous ses délégués actuels et tous ses candidats futurs dans le secteur de l’aviation civile à informer les salariés de cette manœuvre malhonnête et antidémocratique. Par de telles méthodes, le LCGB contribue non pas à renforcer la position salariale vis-à-vis des pressions patronales, mais au contraire à diviser et affaiblir les travailleurs. L’OGBL dénonce donc avec force ces méthodes.

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.