9 juin 2017

Université du Luxembourg

Echange constructif entre le SEW/OGBL et le LSAP

Entrevue_SEW_LSAPUne délégation du département Enseignement supérieur et Recherche du SEW/OGBL, composée du secrétaire central Frédéric Krier et des délégués du personnel Nadjia Ekwegbalu-Khomri, Pedro Mendes et David Jacquet, a récemment rencontré des membres de la fraction parlementaire du LSAP (Taina Bofferding, Tess Burton, Franz Fayot, Roger Negri ainsi que le conseiller Tom Wenandy) pour un échange de vues sur le nouveau projet de loi sur l’Université du Luxembourg.

La délégation syndicale a souligné que le projet de loi déposé récemment ne trouve globalement pas sa satisfaction, même s’il amène quelques précisions et améliorations par rapport à la loi de 2003. En général, le projet ne va pas dans le sens d’une augmentation de la démocratie en interne et de la participation du corps académique aux processus de décision, mais au contraire renforce la centralisation des pouvoirs aux mains du conseil de gouvernance nommé par le gouvernement. Le SEW/OGBL s’oppose en tout cas à l’abolition prévue des conseils facultaires et au cantonnement du conseil universitaire, qui se compose de représentants élus du personnel et des étudiants, à un rôle purement consultatif. Pour le SEW/OGBL, le conseil universitaire devrait disposer de réels pouvoirs pour régler les affaires pédagogiques et scientifiques de l’Université, alors que le conseil de gouvernance devrait se charger des orientations stratégiques à moyen et long terme.

Le SEW/OGBL propose à cet égard d’utiliser l’élargissement prévu du conseil de gouvernance pour prévoir également une représentation de la société civile luxembourgeoise, alors qu’actuellement la partie luxembourgeoise de ce conseil ne comprend que des représentants des milieux économiques. Surtout, le SEW/OGBL réclame une représentation du personnel avec voix délibérative à l’instar des règles prévues pour les conseils d’administration dans le droit du travail luxembourgeois. L’invitation à l’avenir du président de la délégation du personnel en tant qu’observateur est à cet égard à considérer comme un premier pas dans la bonne direction.

Les représentants du LSAP ont suivi avec intérêt les remarques et propositions du SEW/OGBL.

L’échange a ensuite porté sur la situation actuelle à l’Université. Les deux parties s’accordent sur le fait que les évolutions récentes, culminant dans la démission du recteur Rainer Klump, ont confirmé le besoin de processus de décision plus transparents, ce qui a d’ailleurs été soulevé dans l’évaluation externe de l’Université. En outre, les deux parties mettent en garde devant la mise en œuvre d’une politique d’épargne exagérée qui risque de miner le développement futur de l’Université et pourrait entrainer l’abandon de certaines offres d’enseignement.

Communiqué par le syndicat Education et Sciences (SEW) de l’OGBL
le 9 juin 2017

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.