10 juin 2014

Convention collective Lux-Airport

Les syndicats saisissent l’Office national de conciliation

IMG_0161
Les négociations pour le renouvellement de la convention collective applicable aux quelques 200 salariés de Lux-Airport s’étalent sur presque deux ans. Lux-Airport est l’exploitant de l’aéroport et appartient à 100% à l’Etat luxembourgeois.

Après la demande de négociations des syndicats en septembre 2012, la direction n’a daigné répondre favorablement à cette demande qu’en mai 2013 pour fixer une première date de réunion. Par cette manière d’agir, la direction a montré qu’elle avait l’intention de faire traîner les négociations en longueur.

Quoique Lux-Airport ait réalisé un bénéfice de plus de 3,7 millions d’euros en 2012 et que, dû à une croissance considérable du nombre de passagers, les profits pour les années 2013 et 2014 vont certainement dépasser celui de 2012, la direction refuse catégoriquement d’accorder à son personnel une augmentation de salaire adéquate. OGBL et LCGB revendiquent une augmentation linéaire des salaires de 1% par année contractuelle.

Non à une période de référence de 6 mois!
En outre, la direction exige l’application d’une période de référence de 6 mois pour le calcul des heures de travail. Or, contrairement aux dispositions légales, elle n’est pas d’accord d’élaborer des plans d’organisation de travail sur 6 mois qui couvrent la période de référence exigée. Les syndicats et le personnel rejettent une période de référence de 6 mois qui signifierait pour eux la flexibilité totale du temps de travail. Par cette manière d’agir, le personnel de Lux-Airport devrait être disponible à la demande du patron.

Au cours des pourparlers, OGBL et LCGB ont fait de nombreuses concessions et déplorent l’attitude intransigeante de la direction qui, finalement, a mené à l’échec des négociations.

En date du 6 juin 2014, OGBL et LCGB ont décidé de saisir l’Office National de Conciliation.

Communiqué le 10 juin 2014

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.