24 octobre 2018

CCT Gardiennage : Négociations dans l’impasse

photo-gardiennage

Les négociations pour le renouvellement de la convention collective du gardiennage sont en cours depuis plusieurs mois, mais sans aucun résultat. La première réunion de concertation entre les partenaires sociaux remonte déjà au 6 décembre 2017.

Or, à l’heure actuelle le patronat a seulement adressé une fin de non-recevoir aux revendications des syndicats et n’a soumis aucune proposition pour améliorer les conditions de travail et de salaire dans le secteur. Le projet d’un centre de formation sectoriel n’a pas non plus avancé à ce jour alors que la formation et la professionnalisation deviennent de plus en plus importantes dans le secteur.

Pire, la fédération des employeurs (Fedil Security Services) demande aux syndicats de laisser tomber la majorité de leurs revendications, notamment toutes les revendications d’ordre qualitatif, avant de négocier une possible amélioration salariale.

Pour l’OGBL, cette façon de procéder est totalement inacceptable. Il est hors de question de céder à un tel chantage !

Les salariés du gardiennage et de la sécurité privée méritent du respect!

Les salaires dans le secteur stagnent depuis des années et baissent graduellement vers le salaire minimum. Pour l’OGBL, il est grand temps d’inverser la tendance. Les salaires doivent augmenter!

A cela s’ajoute que l’organisation actuelle du temps de travail ne permet absolument pas aux salariés du gardiennage de concilier leur profession avec leur vie privée. On demande aux salariés une flexibilité accrue sans aucune contrepartie. Quelques exemples : aujourd’hui, il y a des salariés qui ont des journées de travail entrecoupées d’une pause de 3 heures, des salariés reçoivent un changement de planning la veille par SMS ou bien on leur demande de rester au-delà de la limite de 10 heures par jour après la fin de leur poste en raison d’un problème d’organisation…

Cette situation est totalement intenable ! Les règles concernant le temps de travail doivent être adaptées à la nouvelle loi PAN !

L’OGBL revendique aussi une amélioration des transferts d’entreprise (comme l’inclusion du transport de fonds dans la reprise du personnel et la mise en place d’un contrat type de reprise) ainsi qu’une révision générale du texte de la convention collective (la grille de salaire comporte des métiers désuets et certaines dispositions sont mal écrites ou ne sont plus conformes à la législation en vigueur…).

L’OGBL estime que la convention collective du gardiennage doit absolument être révisée et améliorée et qu’il faut jouer la transparence. Par conséquent, l’OGBL va procéder à une information et consultation de ses membres du secteur de la sécurité privée et du gardiennage.

Communiqué par le syndicat Services et Energie de l’OGBL
le 23 octobre 2018

Imprimer le communiquéRecommend to a friend

Les commentaires sont fermés.