• Home
  •  | 
  • Assemblée générale 2016 : pour une politique au service de tous les citoyens

Assemblée générale 2016 : pour une politique au service de tous les citoyens

AG_immigres_2016Presque 60 délégués ont participé à l’Assemblée générale 2016 du Département des immigrés de l’OGBL. La politique doit être au service du pays et de tous les citoyens.
La situation des immigrés n’est pas rose. Surtout celle des immigrés non-communautaires.
Le Département des Immigrés de l’OGBL compte plus de 19 000 membres. C’est la structure la plus représentative des immigrés qui résident au Luxembourg.

Cette assemblée générale a servi à accentuer nos revendications en matière d’accès à la nationalité, au logement et à la sécurité sociale. Voici nos exigences:

L’assurance dépendance a été introduite au Luxembourg dans les années 90. Le Département des Immigrés considère qu’une grande campagne d’information sur les droits et les prestations de l’assurance dépendance doit être faite auprès des assurés, en particulier des bénéficiaires d’une pension de vieillesse ou d’invalidité.

Des potentiels bénéficiaires des prestations de la sécurité sociale ne sont pas au courant de cette assurance. Ils ont payé, ils payent pour cette assurance dépendance sans connaître leurs droits. Les informations mises à disposition sur internet ne sont pas suffisantes. Une information écrite, en plusieurs langues, s’impose et se justifie.

Nous demandons au Ministre de la Sécurité sociale de prévoir et d’envoyer à tous les pensionnés, en particulier ceux qui n’habitent plus au Luxembourg, une brochure/un dépliant sur l’assurance dépendance, les bénéficiaires et leurs droits.

Le logement est un des problèmes majeurs pour tous ceux qui habitent au Luxembourg et qui ont des salaires du niveau du salaire social minimum. La situation est encore plus grave pour tous ceux et toutes celles qui arrivent au Luxembourg.

Le Département des Immigrés de l’OGBL est d’avis qu’une réforme de la loi sur le Bail à loyer s’impose pour limiter les montants des cautions et des garanties à un mois de loyer.
La création récente par le gouvernement d’une subvention de loyer ne va rien résoudre, bien au contraire, elle risque de faire augmenter encore davantage les prix des loyers.

Le Fonds de compensation doit consacrer une partie plus importante de ses réserves à la construction et à l’acquisition d’immeubles pour l’habitation. Des mesures en matière de réforme fiscale concernant l’abattement des intérêts des prêts au logement, des aides à l’achat d’un appartement ou maison doivent être révisées à la hausse pour encourager l’acquisition.

Le Ministre de la Justice a présenté, le 24 mars 2016, un projet de loi sur la nationalité luxembourgeoise qui va dans le bon sens. Réduire les années de résidence, de 7 à 5 années, afin de pouvoir accéder à la nationalité est une mesure positive. De même avec la clarification de la procédure et les exigences en matière de connaissance de la langue luxembourgeoise.

Différente est la question qui concerne une de nos revendications principales: Les personnes qui résident au Luxembourg depuis plus de 20 ans seront obligées de suivre un cours de langue luxembourgeoise. Nous sommes d’avis que, en tenant compte de leur ancienneté sur le territoire et de leur contribution à la création de la richesse, ces personnes devraient pouvoir accéder à la nationalité dans les mêmes conditions que ceux qui sont arrivés sur le territoire avant le 31 décembre 1984 et d’accéder à la nationalité avec dispense de l’épreuve d’évaluation de la langue luxembourgeoise parlée et les cours d’instruction civique. Le Département des Immigrés de l’OGBL propose d’inclure dans la loi une nouvelle disposition d’accès à la nationalité pour tous ceux et celles qui ont une période de résidence, de vie et de travail, supérieure à 20 ans.

En matière d’invalidité et de reclassement professionnel, depuis une dizaine d’années, nous entendons des promesses et des actes minimes. Premièrement, il faudra créer une commission distincte du Contrôle Médical chargée d’analyser de façon indépendante les demandes d’invalidité. En cas de non-reconnaissance de l’invalidité, la médecine du travail doit être saisie obligatoirement pour déterminer s’il y a lieu de procéder au reclassement professionnel.

Deuxièmement, l’indemnité d’attente prévue par la loi doit être limitée dans le temps (une année maximum) et reconduite en pension d’invalidité définitive. Les assurés qui ont une carrière mixte (les frontaliers et les immigrés) sont obligés de se présenter toutes les 3 semaines à l’ADEM sans pouvoir bénéficier des cotisations faites dans d’autres pays que le Luxembourg.

Le Luxembourg pourrait accorder, après une année de bénéfice de l’indemnité d’attente, la pension d’invalidité et leur permettre le retour dans leur pays d’origine.

Les commentaires sont fermés.